Conduite automobile et questions de sécurité

Ressources

Conduite automobile et questions de sécurité

Beaucoup de questions de sécurité pourraient se présenter à mesure que la maladie évolue. Voici des questions qui pourraient vous venir à l’esprit.

  • À quoi dois-je penser pour ce qui est de la sécurité? Comment vais-je savoir si j’ai besoin d’aide?
  • Qui peut nous aider à repérer les dangers à la maison?
  • Je me préoccupe de la sécurité entourant les médicaments. À qui puis-je demander de l’aide?
  • Si ma conduite automobile ou celle d’un proche m’inquiète, que dois-je faire?
  • Si la préparation des repas, la nutrition, l’utilisation de la cuisinière ou la perte de poids d’un proche m’inquiète, que dois-je faire?
  • Mon proche peut-il vivre seul en toute sécurité?
  • Que dois-je faire si je crains qu’un proche soit victime d’abus?

Le guide intitulé Living Safely (en anglais) est une bonne ressource pour commencer à vous renseigner sur la sécurité. Il a été écrit par des personnes qui vivent avec la démence en partenariat avec le personnel du programme Murray de recherche et d’enseignement sur la maladie d’Alzheimer de l’Université de Waterloo. Il aborde les préoccupations en ce qui concerne la conduite automobile, la vie seule à la maison (à court ou à long terme), la santé et les médicaments.

Vous pouvez aussi consulter les autres pages de ce site Web qui présentent des renseignements sur l’errance, les médicaments et la prévention des chutes.

La Société Alzheimer de votre région peut aussi vous donner des outils qui vous aideront à comprendre les changements qui peuvent survenir à mesure que la maladie évolue, leurs effets sur la vie quotidienne et les problèmes de sécurité auxquels il faut réfléchir.


Vous devez envisager le moment où votre proche atteint de démence ou vous-même ne serez plus capable de conduire. Le diagnostic de démence n’entraîne pas automatiquement le retrait du permis de conduire. Les aînés, en particulier ceux atteints de démence, doivent toutefois songer et se préparer à arrêter de conduire. La plupart des personnes prennent la décision d’arrêter de conduire lorsqu’elles ne sont plus capables de le faire, mais certaines personnes continuent malgré les risques. Prendre conscience qu’on ne peut plus conduire nécessite une réflexion sérieuse et le soutien de la famille et de professionnels de la santé. C’est une décision difficile à prendre. C’est pourquoi il est important de s’y préparer. Si vous devez arrêter soudainement de conduire, vous serez mal préparé.

  • Si vous envisagez d’arrêter de conduire, l’Association canadienne des automobilistes (CAA) a puisé dans sa vaste expérience en matière de sécurité routière et collaboré avec des experts de l’Association médicale canadienne et de l’Association canadienne des ergothérapeutes pour mettre sur pied une trousse d’information destinée aux aînés et à leurs proches. Vous y trouverez des renseignements sur la sécurité automobile et des conseils pour aborder le sujet de la conduite et de la sécurité.

Il est important d’explorer les autres moyens de transport qui s’offrent à vous.

  • Famille et amis
  • Taxi – Il est moins dispendieux de prendre le taxi que de posséder un véhicule, en plus d’éviter les tracas de la conduite.
  • Services professionnels à domicile (médecin, coiffeuse, nettoyeur, etc.)
  • Services de livraison de repas (p. ex. Popote roulante) ou cuisinier à domicile

Consultez la section sur les ressources locales pour plus d’exemples.

  • Chez soi en toute sécurité. Ressource du gouvernement du Canada présentant des conseils pour rester chez soi en toute sécurité, ainsi que des listes de vérification utiles pour les médicaments, l’alimentation, l’exercice et bien plus.
  • Vivre seul. Conseils et stratégies de la Société Alzheimer du Canada pour vivre seul lorsqu’on est atteint de démence.
  • Prévention des chutes – Voir la section sur la gestion des problèmes de santé
  • Médicaments – Voir la section sur la gestion des problèmes de santé

Il peut être utile d’obtenir l’avis de professionnels sur les risques pour la sécurité et les stratégies qui peuvent favoriser la sécurité et l’autonomie. Une personne atteinte de démence et ses proches choisissent bien souvent d’obtenir l’avis de différentes personnes au sujet des risques pour la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur de la maison. Il est toujours important de tenir compte des valeurs et des croyances de la personne atteinte de démence, surtout en ce qui concerne la tolérance au risque et si elle vit seule. Qu’aurait-elle décidé pour elle-même il y a 10 ans compte tenu de ce stade de la maladie?

Consultez le médecin de famille de votre proche ou un autre professionnel de la santé pour obtenir des conseils et être dirigé vers un service spécialisé si vous envisagez de planifier les besoins actuels et à venir de votre proche en matière de gestion des risques pour sa sécurité.

  • Si la personne atteinte de démence a divers problèmes de santé, vous pouvez demander à un médecin de lui faire passer une évaluation gériatrique. Elle est conçue pour les personnes de 65 ans et plus qui ont différentes préoccupations comme les suivantes :
    • Changements récents des capacités physiques, mentales ou fonctionnelles, de la mémoire ou de l’humeur
    • Préoccupations concernant la sécurité physique, psychologique, sociale et environnementale (conduite, chutes, gestion des médicaments, etc.)
  • Si l’humeur de la personne atteinte de démence change ou si son comportement devient difficile et compromet sa sécurité à la maison, vous pouvez demander à votre médecin de famille une recommandation à des services spécialisés de soutien du comportement. Ces services comprennent généralement :
    • une évaluation globale de l’humeur de la personne, de ses capacités cognitives et fonctionnelles, de sa sécurité et de son comportement
    • des médicaments, au besoin, et des recommandations (stratégies de gestion des risques, comment introduire les services ou les soins, etc.) pour optimiser les capacités fonctionnelles, réduire le plus possible les risques à la maison et alléger le fardeau du proche aidant. 


  • Errance – Voir la section sur la gestion des comportements
  • Programme Sécu-Retour de MedicAlert. MedicAlert Fondation Canada offre par abonnement mensuel ce programme d’identifiants personnels (bracelets et pendentifs) indiquant vos besoins médicaux dans le cas où vous auriez besoin de soins, peu importe où vous vous trouvez.
  • Service d’alerte médicale Lifeline. Solutions pour vieillir chez soi de Philips Lifeline est un service payant offrant toute une gamme de produits, de logiciels et de services de surveillance pour assurer la sécurité de résidants âgés.


Si vous craignez qu’un proche soit victime de mauvais traitements (abus), il est extrêmement important de demander de l’aide immédiatement. Les mauvais traitements peuvent être non seulement physiques, mais aussi émotionnels et financiers. C’est une question de sécurité très importante. Nous devons donc réfléchir à des moyens de reconnaître et de prévenir les mauvais traitements physiques, émotionnels et financiers.

Foire aux questions : http://livingwithdementia.uwaterloo.ca/FR/caresupport/safety-faq.html?4



Ressources


Sûreté

Soins et soutien – la sûreté

Conduite automobile :

Renseignements sur la démence et la conduite de la Société Alzheimer

Avoir des discussions difficiles au sujet de la conduite



Réseau de la démence de la region Champlain 2021. Tous les droits sont réservés.